Idées

POUR LE COMMERCE DE DEMAIN  

Quand les plus forts consommateurs en drive sont aussi les adeptes de la vente directe, quand les surfaces de vente et les taux de vacance augmentent en centre-ville et en périphérie, quand le commerce de proximité doit se ré-inventer, quand le digital a besoin

du magasin physique pour accélérer ses ventes, quand le commerce territorial ne peut plus se passer de vitrine numérique… c’est que le monde du commerce vit un sacré chamboulement, une (r)évolution sans précédent…

Pour s’y repérer et imaginer les espaces commerciaux de demain nous vous proposons de partager 24 mots qui risquent de changer (ou vont changer) le commerce de demain…

SERVICIEL

Vêtement de marque pour 4 jours ou un mois, voiture partagée, scooter en libreservice… Être riche d’être libre, vivre sans engagement pour s’adapter aux nouveaux parcours de vie devient une tendance de fond de la consommation. Une tendance qui va obliger à repenser la dimension servicielle du retail. Qu’est-ce qui aura le plus d’importance demain le produit ou l’offre de services qui l’accompagne ?

INSTAGRAMMABLE

Changement de cap essentiel : la notoriété, l’e-réputation… c’est désormais le client, le citoyen, le consommateur qui la font. Développer l’attractivité c’est aujourd’hui plus que jamais stimuler des ambassadeurs digitaux. Théâtraliser un centre-ville ou un espace commercial rien de tel pour booster la visibilité sur les réseaux sociaux. Créez l’évènement et vos clients feront le reste !

CO-LLECTIF…

Co-living, co-working, co-construction l’ère de l’individualisation a vécu. Le co-llectif reprend la main comme une contrepartie à un monde de plus en plus digitalisé mais aussi pour gagner en flexibilité et s’adapter à une économie, à une vie faite de cycles courts… Un défi à relever pour imaginer l’habitat de demain, les espaces de travail de demain dans les villes et les centres-villes d’aujourd’hui.

DÉSIRABILITÉ

Se faire désirer voilà tout le sens des défis de demain pour les centres-villes ou les
nouveaux quartiers… Les stratégies d’attractivité pensaient logements, commerces, espaces publics… La désirabilité englobe une vision beaucoup plus large intégrant la culture, les déplacements, la place de l’enfant… toute une somme d’aménités essentielles qui doivent se travailler en intégrant mieux les modes de vie et les nouveaux usages.

ATAWAD

ATAWAD comme la contraction d’Anytime, Anywhere, Anydevices qui signifie n’importe quand, n’importe où, sur n’importe quel terminal… ATAWAD comme le symbole d’une consommation qui change, qui oblige à repenser le commerce dans son omnicanalité et qui donne quelques cheveux blancs à un autre anglicisme : no parking, no business.

INFLUENCEUR

Et si l’année 2018 avait marqué la fin des stratégies de communication classiques ? Et si la communication d’un site commercial, d’une marque, d’un centre-ville reposait désormais sur l’activité d’influenceurs sur le net ? Et si le manager 2.0 du centre-ville était d’abord un influenceur ?

OMNICANALITÉ

Quand les pure-players du Web réinvestissent les leviers du commerce physique, quand le commerce de détail ne peut vivre sans le digital, quand les market-places de centre-ville ne fonctionnent que si elles sont associées à un service de livraison à domicile, c’est que les canaux de distribution se croisent et s’entrecroisent pour dessiner un commerce de demain adapté aux nouveaux modes de vie.

LA NOUVELLE PROXIMITÉ

La proximité c’est être plus proche physiquement des consommateurs, c’est surtout être adapté aux nouveaux temps sociaux. Les commerces de centre-ville sont ouverts 22% du temps disponible des actifs pour consommer, 35% pour les grandes surfaces… Il est l’heure de repenser les horaires d’ouverture des commerces pour capter les formidables potentiels de l’économie de proximité.

L’HEURE DU CHOIX

Doit-on continuer à produire des zones commerciales comme hier ou doit-on imaginer un nouveau modèle pour ces espaces de périphérie. Deviendront-ils
multifonctionnels à l’image d’un centre ville ? Développeront-ils une hyper
théâtralisation ou un hyper-positionnement loisirs ? Habiterons-nous demain des
espaces commerciaux ? Un peu de tout ça sûrement pour s’adapter à un nouveau
modèle de consommation !

LA FIN DE LA PÉRIPHÉRISATION ?

Pourquoi diluer la ville comme on le fait depuis des années ? Pourquoi tant péri-urbaniser ? Pourquoi éloigner les services de l’habitat, les commerces des services ? La ville se caractérise justement par l’intensité de ses fonctions. Une ville, un centre-ville, un centrebourg doit être par essence intensif… La périphérisation n’est-elle pas un modèle daté source de profondes ruptures sociétales ?

CIRCULAIRE

Economie circulaire pour des villes plus frugales, communication circulaire entre les citoyens, les institutions pour des villes plus connectées et réactives, coopérations entre les acteurs… Et si l’avenir de la revitalisation des coeurs de
ville résidait dans la suppression des silos qui bloquent la créativité ? Et si l’avenir de la revitalisation des coeurs de ville résidait dans le développement d’une intelligence collective et circulaire au delà des domaines d’activités de chacun ?

CULTURE BOOSTER

Qu’est-ce qui nous relie à la ville ? Ses commerces ? Un peu moins à l’heure de
l’hyperchoix boosté par le digital. La culture et la convivialité ? Certainement… Oui osons parler de la culture comme accélérateur de fréquentation, osons parler d’une culture qui met au coeur de sa stratégie la convivialité, osons parler du marketing culturel de nos villes… Et puis Libérons la créativité !

LE POUVOIR DE DIRE NON

Avec le digital, le consommateur (re) devient roi et se dote de nouveaux pouvoirs dont celui de dire non au commerce territorial qui ne s’adapterait pas à ses modes de vie. On réfléchit horaires, services et adaptation aux nouveaux temps sociaux ?

ENCHANTER LE CONSOMMATEUR

Qu’est-ce qui est le plus important aujourd’hui, l’achat ou l’expérience shopping ?  Passer à la caisse ou passer un bon moment ?

NOCTAMBULER

Avec 70% des achats du quotidien réalisés en France entre 17h et 20h, à quelle heure le commerce doit-il être en pleine forme ? Quand il fait jour ou moins jour ?

L’À PEU PRIX

Pourquoi courir après des prix plus bas que bas alors que le consommateur ne connait pas (à 10% près) le vrai prix de ses produits du quotidien ?
D’ailleurs le consommateur cherche-t-il des prix toujours plus bas ou cherche-t-il la promotion, la bonne affaire ?

LA FIN DU LIBRE-SERVICE

Conciergerie, livraison à domicile… Et si 2017 avait marqué un changement
de modèle dans lequel le commerce ira de plus en plus vers le consommateur ?
Et si 2018 était l’année de l’innovation pour les nouveaux services à la clientèle ?

DE CUEILLETTE À CONQUÊTE

Mobilités quotidiennes, mobilités professionnelles et mobilités familiales, pôles d’emploi de plus en plus éloignés des pôles de vie… Et si la fidélité n’existait
plus ? Et si tout n’était plus que conquête ?

ROC-ON OU ROC-OFF

Recherche On-line et Consommation achat Off-line ou bien l’inverse ? Les Roc-Off et les Roc-On co-habitent mais les Roc-Off sont aujourd’hui les plus présents en France… Bienvenue dans l’ère du Web to Store.

FILLE OU GARÇON ?

Les familles avec enfants font partie des segments de population les plus consommateurs sur le net et souvent les moins consommateurs en centre-ville.
N’aurait-on pas omis la ludicité des centre-villes, des restaurants et des espaces commerciaux ?
N’aurions-nous pas omis que, fille ou garçon, l’enfant était un prescripteur ? Ne serait-il pas intéressant de mieux prendre en compte la place de l’enfant dans les opérations urbaines ?

HYBRIDE ET VOUS ?

Pourquoi ne pas se faire coiffer et acheter la dernière robe tendance ? Pourquoi ne pas se faire un resto et commander le vin que l’on fera déguster chez soi ? Pourquoi le commerce ne s’organiserait pas demain par univers de besoin et d’envie et non plus par code APE ?
Un commerce hybride…

SI QUATRE FONCTIONS FONCTIONNENT…

Le commerce peut-il encore créer du flux seul alors que l’offre est supérieure à la demande ? Ou alors le commerce a-t-il besoin d’habitat, de services non marchands, de lieux de convivialité et d’emplois à moins de 3 minutes pour fonctionner ? Pour nous le (bon) fonctionnement des quatre fonctions (économique, identité, habitat, services) d’une polarité deviendra la condition à l’attractivité durable du commerce…

DISRUPTER

Si le Père Noël sera toujours rouge, le commerce de demain ne ressemblera plus à celui d’hier… Différenciation, rupture, innovation… Pour séduire nous devrons tous disrupter.

STOP AU STATIONNEMENT

Qu’est-ce qui crée l’attraction commerciale, le stationnement ou l’attractivité ? Les places ou l’ambiance d’achat ? Le parking ou l’expérience du shopping ?
Le prix des places ou l’envie de découverte ? Et si on parlait moins de stationnement pour se préoccuper des vrais moteurs ?